Salaires, formation, alternance, évolution du métier : après vous avoir présenté le métier de préparateur·rice en pharmacie, nous vous expliquons tout sur le métier de pharmacien·ne !

Le métier de pharmacien recouvre plusieurs réalités et environnements de travail. Selon la formation choisie, le / la pharmacien·ne peut exercer en officine, en industrie, dans la recherche, en laboratoire, dans le secteur de la répartition pharmaceutique ou à l’hôpital.

Néanmoins, 75 % des pharmacien·ne.s exercent en officine aujourd’hui. La plupart ne sont pas titulaires (n’ont pas leur propre officine) : l’acquisition d’un fonds de commerce est coûteuse et beaucoup de jeunes diplômé·e·s commencent leur carrière comme salarié·e.

Si une vision concrète du métier de pharmacien vous intéresse, retrouvez nos interviews détaillées sur le blog !

En quoi consiste le métier de pharmacien·ne et quel est son rôle en officine ?

Les missions du / de la pharmacien·ne en officine sont diverses derrière le comptoir et hors comptoir. En officine, le / la pharmacien·ne délivre des médicaments prescrits sur ordonnance médicale, vérifie la posologie, contre-indications et compatibilité des traitements en fonction du profil des patient·e·s et conseille les patient·e·s sur les traitements à suivre tout en les alertant des possibles effets secondaires.

Le / la pharmacien·ne peut aussi réaliser des préparations particulières et délivrer des produits de parapharmacie.

Le / la pharmacien·ne est également un intermédiaire de proximité en cas de pathologie légère des patient·e·s. Le / la pharmacien·ne propose des conseils et soins ne nécessitant pas d’ordonnance ou renvoie vers le médécin ou spécialiste compétent si besoin et assure le suivi des traitements de patient·e·s atteint·e·s de maladies chroniques.

Le / la pharmacien·ne centralise également des missions de santé publique et de premiers secours comme la participation au dépistage et à la prévention de certaines pathologies. Le / la pharmacien·ne est chargé·e d’accompagner les femmes ayant recours à la pilule du lendemain et toute personne utilisant des traitements de substitution aux drogues ou placée sous anti-coagulants par exemple.

Le / la pharmacien·ne a également des missions davantage administratives et managériales et est notamment chargé de commander les médicaments et produits divers pour l’officine, de les réceptionner, stocker et exerce également des tâches de comptabilité et de management auprès de l’équipe qui travaille avec lui / elle.

En quoi consiste le métier de pharmacien·ne hors officine ?

  • À l’hôpital, le / la pharmacien·ne délivre les médicaments prescrits par les médecins aux malades hospitalisé·e·s, réalise des préparations et participe à des expérimentations.
  • En laboratoire, le / la pharmacien·ne effectue des analyses avec les autres professionnel·le·s. (Attention, une spécialisation en biologie médicale est nécessaire.)
  • Dans l’industrie pharmaceutique, le / la pharmacien·ne contribue à l’élaboration de nouveaux médicaments, s’assure de la qualité des produits, gère les ateliers de fabrication, supervise les essais cliniques, suit leur mise en circulation sur le marché et s’assure de surveiller les produits existants.
  • Le / la pharmacien·ne peut également faire de la recherche (plus rare), enseigner à l’université, travailler dans la fonction publique afin d’élaborer de nouvelles normes (sur concours) ou travailler au sein de l’armée.

Pour avoir une vision précise des spécialités exercées par les pharmacien·ne·s, n’hésitez pas à consulter le site web de l’ordre des pharmaciens.

Quel est le salaire d’un·e pharmacien·ne ?

Entre 2 000 € et 2 500 € net par mois pour un pharmacien d’officine débutant selon la localisation de l’officine.

Environ 3 850 € brut par mois pour un pharmacien débutant à l’hôpital.

Consultez notre grille des salaires en pharmacie 2020.

Quelles sont les typologies de formation pour devenir pharmacien·ne ?

L’obtention du bac scientifique est nécessaire pour se lancer dans des études longues de pharmacien·ne.

Il faut 6 ans d’études pharmaceutiques minimum pour préparer le Diplôme d’Etat de docteur en pharmacie. De 6 à 9 ans d’études sont nécessaires en fonction des spécialisations et cursus choisis. Des doubles-cursus avec des écoles de management , d’ingénieurs ou des facultés sont tout à fait possibles.

Jusqu’à la rentrée universitaire de 2020, les étudiant·e·s étaient sélectionné·e·s à l’issue d’un concours en fin de première année commune aux études de santé (PACES). La PACES aboutissait souvent à des redoublements et des découragements, de nouvelles voies d’accès aux études de maïeutique, médecine, odontologie et pharmacie ont donc été mises en place.

Les lycéen·e·s peuvent maintenant accéder aux formations de maïeutique, médecine, odontologie ou pharmacie après une, deux ou trois années d’études supérieures bénéficiant d’un « accès santé », ou poursuivre vers un diplôme de licence.

Tout·e étudiant·e a désormais deux voies possibles pour candidater aux études de santé (maïeutique, médecine, odontologie, pharmacie) tout au long de son parcours de 1er cycle, ce qui lui offre plus de chances d’aboutir ou de se réorienter facilement.

Puis, un choix de spécialisation se fera en fin de 4ème année pour 2 ans. À partir du 2d semestre de 4ème année, les étudiant·e·s choisissent l’une des trois filières possibles :

  • officine, pour exercer en pharmacie d’officine ;
  • industrie, pour exercer dans l’industrie pharmaceutique, mais aussi dans les industries cosmétiques ou agro-alimentaires, ou dans les agences de santé ;
  • préparation à l’internat, pour travailler en pharmacie hospitalière, en biologie médicale ou en innovation pharmaceutique et recherche. Ceux qui optent pour l’internat passent un concours en 5e année.

Le cycle court, en 1 an après la 5e année, s’adresse aux étudiants qui ont choisi les filières officine et industrie. L’année se partage entre 6 mois de cours et 6 mois de stages.

Le cycle long ou internat, en 4 ans après la 5e année, est accessible sur concours. Trois spécialisations sont proposées, selon son rang de classement en vue de l’obtention d’un DES (diplômes d’études spécialisées) :

  • pharmacie hospitalière ;
  • innovation pharmaceutique et recherche ;
  • biologie médicale.

En fin de cursus, cycle court ou long, les étudiant·e· soutiennent un mémoire pour obtenir le Diplôme d’Etat ou Diplôme d’Etat Spécialisé de docteur en pharmacie afin de pouvoir exercer.

Est-il possible de trouver du travail facilement en tant que pharmacien·ne ?

Oui ! Le métier de pharmacien offre de nombreux débouchés quelle que soit la spécialisation en raison d’un manque de jeunes diplomé·e·s.

Si vous êtes en recherche d’emploi en pharmacie d’officine, n’hésitez pas à consulter les offres d’emploi publiées sur Team Officine !

Quelles sont les évolutions de carrière possible pour un·e pharmacien·ne ?

En tant que pharmacien·ne d’officine, l’achat d’une officine est envisageable à la condition évidente d’en avoir les capacités financières.

Le / la pharmacien·ne d’officine peut également devenir pharmacien·ne adjoint·e et assister le titulaire dans ses missions de management et administratives.

Si l’achat d’une officine vous intéresse, vous pouvez rester indépendant·e ou rejoindre un groupement pharmaceutique qui pourra vous aider dans votre installation.