La formation du préparateur en pharmacie va connaître une importante réforme. En effet, depuis la mise en place du référentiel en 1997, celle-ci est restée globalement identique. Afin de répondre aux nouvelles tâches et missions à l’officine et pour insérer la formation de préparateur en pharmacie dans le parcours LMD (Licence Master Doctorat), le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a décidé d’entamer une expérimentation dès la rentrée 2020, sur une durée maximale de 6 ans. Ce nouveau parcours de formation va permettre une revalorisation du diplôme avec un niveau supérieur, une adaptation à l’évolution des compétences et des responsabilités des préparateurs en pharmacie.

I- Le BP préparateur en pharmacie, une formation à moderniser

Aujourd’hui, le Brevet Professionnel (BP) de Préparateur en pharmacie, formation post-bac ouvrant droit à l’exercice d’une profession réglementée est sous la tutelle de deux ministères : l’Éducation Nationale (responsable du BP actuel, concernant le parcours de formation et la diplomation actuelle : niveau 4) et le Ministère de la santé (pour l’acte de la dispensation des médicaments). Dispensée par les Centres de Formation d’Apprentis (CFA), cette formation a peu évolué ces dernières années contrairement au secteur et tâches menées à l’officine. 

Guillemine DUBOIS, Docteure en Pharmacie et Directrice de l’ANFPP (Association Nationale pour la Formation Professionnelle de la Pharmacie) complète en expliquant aussi que l’insertion de la formation du préparateur en pharmacie dans le parcours LMDE est liée à la nature du diplôme : “ Chaque diplôme obtenu dans un cursus universitaire équivaut à nombre défini d’ECTS. Cette valeur créditée (ECTS) répond à une norme européenne et autorise une « valeur d’échange » pour permettre d’effectuer des  passerelles entre les cursus et d’avoir des équivalences dans toute l’Union Européenne. » 

II- Vers l’universitarisation du diplôme pour les préparateurs en pharmacie

En 2019, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation entame la réforme de ce cursus d’étude. Les CFA sont invités à co-construire cette nouvelle formation en lien direct avec les Universités. 

Le nouveau parcours de formation propose une formation sur 2 ans +1 an  (180 ECTS sur 3 ans) avec une partie des cours s’effectuant au CFA, l’autre à l’UFR de pharmacie et avec des stages en milieu professionnel pour l’alternance; les deux premières années (L1 et L2) permettent l’obtention du Diplôme d’Études Universitaire Scientifiques et Techniques (DEUST) et du titre de Préparateur-Technicien en Pharmacie (120 ECTS validés  sur 2 ans). La troisième année (L3) est une année de spécialisation avec comme option possible  : Officine, hôpital et/ou  industrie. Accessible notamment aux titulaires du DEUST et aux BP « classiques » ayant validé un temps d’expérience (1 à 2 ans ), elle donne le titre de Préparateur-Technicien en Pharmacie Spécialisé en Officine, ou en Etablissement hospitalier ou en Industrie (suivant l’option choisie)

Guillemine DUBOIS voit cette troisième année comme un vrai plus dans la réforme : « La création de cette Licence Pro va vraiment donner un nouveau métier, avec l’apport de nouvelles compétences qui semblent essentielles aujourd’hui, comme le management ou l’évaluation thérapeutique … A ce nouveau métier devra être associé des nouvelles missions ; l’officine est en plein changement et il est important de définir la place des nouveaux acteurs. »

Simultanément à ce nouveau parcours de formation, d’autres possibilités peuvent s’ouvrir, notamment en rejoignant la 2ème ou la 3ème année des études de pharmacie (sur dossier et entretien ) ou en poursuivant vers un Master santé . 

III- Une mise en place progressive de la réforme du diplôme des préparateurs en pharmacie

Cette réforme va connaître une phase de test de 6 ans maximum au sein des Universités de 14 académies. Elles vont construire chacune un parcours et un programme en lien avec le CFA et les besoins réels du métier sur le terrain. Par la suite, un rapport d’évaluation sera publié par décret, entérinant cette nouvelle réforme. Pour la rentrée 2021-2022, les académies de Paris, Tours, Lille, Reims, Lyon et Strasbourg vont débuter le parcours du DEUST . 

Dans le cadre de cette réforme de la formation, le conseil de l’Ordre s’est engagé à redéfinir les missions des préparateurs en pharmacie en 2023 pour répondre à la montée en compétence des professionnels.

Les préparateurs en pharmacie ayant obtenu leur diplôme avant la mise à jour du cursus devraient pouvoir accéder à une Licence Professionnelle via le dispositif nommé “Validation des acquis professionnels” (VAP ou VAE ). Une commission analysera l’expérience professionnelle et le BP acquis pour délivrer une équivalence du DEUST ouvrant les portes à cette troisième année d’étude.

C’est donc un tournant majeur que va connaître le métier de préparateur en pharmacie durant les  prochaines années. La formation qui sera désormais plus qualifiante, devrait attirer de nouveaux candidats qui auront, au sein des pharmacies, des missions toujours plus variées et techniques.

Pour en savoir plus, découvrez notre Espace Apprentissage.